« L’âge heureux » ou la danse pour avenir……..

Posté par caval le 5 septembre 2008

Récemment, la danseuse Pietragalla (que j’admire profondément) racontait que le goût de la danse lui avait été donné par une série télévisée restée célèbre: « L’âge heureux ».Créée par Odette Joyeux et diffusée à partir de ce 12 février 1966, cette série fit partager, pendant plusieurs années, aux petites filles mais également petits garçons, la vie dont certains rêvaient: petit rat à l’Opéra de Paris…

C’était parfois naif, souvent dur mais ils y croyaient et il est vrai que beaucoup d’enfants voulurent apprendre la danse classique à l’époque par le seul effet de cette série…Peu, si peu, poursuivirent mais cela leur laissa adulte cette élégante allure souple, celle de la tête tenue droite et haute, cette aspiration à toujours faire mieux et un certain sens de la rigueur, autant de qualités qui devaient les servir ou les faire à jamais souffrir de ne pas être parfaits. Vous vous souvenez?

Moi je n’ai jamais regardé cette série (trop pitite !!!) mais qu’est-ce que j’ai révée devant les tutus !!!

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans arts, danse, La television | 5 Commentaires »

Maurice Béjart

Posté par caval le 5 août 2008

Ma première passion est la danse…et le plus grand chorégraphe de tous les temps est Maurice Béjart ! alors que je venais de naître, cet homme avait déjà fait des merveilles… et j’apprends qu’en 1966 se joue pour la première fois au festival d’Avignon le « Boléro » (créé en 1961) sur la musique de Maurice Ravel: chorégraphie magnifique, que j’ai vue 2 fois et qui me donne de tels frissons que je ne pouvais pas ne pas le partager…..même en vidéo j’en ai des frissons…tellement beau et fort, surtout dansé par un homme. Ce ballet a en effet la particularité de pouvoir être dansé par un homme ou une femme…

Image de prévisualisation YouTube

BIOGRAPHIE DE MAURICE BEJART :      Maurice Béjart dans arts radD0EDA

Maurice Béjart est un danseur et chorégraphe français, précurseur en matière de danse contemporaine.

Maurice Berger est le fils du philosophe Gaston Berger. Le nom Béjart est un hommage à Molière, qui épousa Armande Béjart. Il est né à Marseille en 1927.

Il suit d’abord un cursus en Philosophie tout en prenant des cours de danse en parallèle. Il travaille auprès de Janine Chassat, Roland Petit avant de rejoindre l’International Ballet de Londres. En 1949, une tournée en Suède avec le Ballet Cullberg lui fait découvrir l’expressionnisme chorégraphique. C’est d’ailleurs à Stockholm en 1951, qu’il écrit son premier ballet, L’Inconnu. En 1952, il crée une pièce pour un film suédois L‘Oiseau de feu.Il fonde sa première compagnie en 1954, Les Ballets de l’Etoile et signe un an plus tard une pièce qui le révèle au yeux du public et de la critique Symphonie pour un homme seul et surprend positivement, c’est le début de son ascension….S’en suit une multitude de pièces emblématiques, à commencer par Boléro sur la musique de Maurice Ravel en 1961, qui sera la première pièce de danse à être jouée dans la cours du Palais des Papes à l’occasion du Festival d’Avignon en 1966. La IXe symphonie (de Beethoven) en 1964, Roméo et Juliette en 1966, Messe pour le temps présent en 1967, autant de pièces qui ont suscité des vocations.En 1960 à Bruxelles le Ballet du XXe siècle et sa plus fameuse chorégraphie, Le Sacre du printemps. Il parcourra avec celle-ci le monde entier et initiera un vaste public de néophytes à la danse moderne. Plus tard il créera « les ballets de Lauzanne.

Maurice Béjart est reconnu pour être un excellent pédagogue. Il fonde en 1970 l’école Mudra à Bruxelles. Par la suite, il ouvre une seconde école à Dakar en 1977 et en 1992 à Lausanne, l’école-atelier Rudra qui est encore aujourd’hui, reconnue pour être l’une des meilleures formations en danse classique et contemporaine d’Europe.

Maurice Béjart a tenté en tant que chorégraphe de sortir des codes classiques, en introduisant des touches expressionnistes, de la sensualité, de l’érotisme parfois : une danse physique où le danseur ose respirer et montrer l’effort. Ses goûts musicaux très éclectiques l’amènent à faire danser sur Wagner autant que sur Boulez. Ses thématiques sont universelles et font écho à des questions d’actualité tel que l’écologie et le sida. Il a cherché durant toute sa carrière à créer le spectacle total, où théâtre, musique et danse se côtoieraient harmonieusement.

Sa fierté était de dire « J’ai sorti la danse des salles d’opéra pour l’implanter au Palais des sports, aux Jeux Olympiques, au Festival d’Avignon ».

Il est auréolé de prix et de distinctions : l’Empereur Hirohito l’a fait élever à l’Ordre du Soleil levant en 1986. Il reçoit en 1993 de la Japan Art Association, le prestigieux Praemium Impériale et en 1999de la Inamori Foundation, le Kyoto Prize. Maurice Béjart est élu membre libre à l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France en 1994.Il aurait voulu que la danse soit « l’art du XXe siècle ». Ce n’est certainement pas le cas, mais si quelqu’un a contribué à le faire connaître, et à transmettre l’envie de danser, c’est bien Maurice Béjart. Il est décédé le 22 novembre 2007. rad4E724 dans danse  radB9C70 dans L'actualite de Virginie

rad5C77F

rad74C63

 

Publié dans arts, danse, L'actualite de Virginie | Pas de Commentaire »

 

BIENVENU DANS LE BLOG DE RIBAE |
brezhoneger |
Mairie Semur-en-Brionnais I... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Noemie's blog
| Blog intéressant
| bdmoche